Réflexion spirituelle - Octobre 2017

SOCIÉTÉ DE SAINT-VINCENT DE PAUL = MISSION

MISSION

La Société de Saint-Vincent de Paul est une organisation laïque catholique
qui a pour mission de :

Vivre le message de l'Évangile en servant le Christ à travers les pauvres
avec amour, respect, justice et joie.

VALEURS

La mission de la Société de Saint-Vincent de Paul signifie que, en tant que Vincentiens, nous

  • voyons le Christ dans tous ceux qui souffrent ;
  • sommes unis au sein d'une même famille ;
  • établissons un contact personnel avec les pauvres ;
  • aidons de toutes les façons possibles.

« Le Christ nous conduit aux pauvres et les pauvres nous conduisent au Christ. » (Frédéric Ozanam)

Considérant mon rôle et ma fonction au sein de la Société, au début de chaque année pastorale, je me fais un devoir de relire la mission, les vertus et la charge pastorale qui m’est confier, en tant que conseiller spirituel.

Ce besoin de revoir est pour moi un besoin nécessaire afin de demeurer fidèle à l’initiative de nos saints fondateurs, en particulier le bienheureux Frédéric Ozanam, qui a pris comme modèle saint Vincent de Paul, avec le support de la bienheureuse Rosalie Rendu et ainsi poursuivre l’œuvre qui nous est confiée, à la suite du Christ, serviteur des serviteurs, avec simplicité, humilité, douceur, zèle, abnégation et charité.

Faire mémoire de nos racines, de nos origines devient une source motivante à servir avec fidélité et être respectueux des traces qui nous été léguées par nos fondateurs.

Cette fidélité nous incite à poursuivre la route avec confiance, persévérance, puisque nous remarquons qu’à travers les époques, l’histoire se répète, mais que c’est toujours le même témoignage celui de l’amour du Christ qui se manifeste à travers les âges, grâce au dévouement fidèle de ses membres, au fil des jours, pour nos sœurs et nos frères les plus démunis qui sont nos seigneurs et nos maîtres.

Je conclus par ces paroles prononcées par le Pape François lors de la journée mondiale des pauvres : « Bénies par conséquent, les mains qui s’ouvrent pour accueillir les pauvres et pour les secourir : ce sont des mains qui apportent l’espérance. Bénies, les mains qui surmontent toutes les barrières de culture, de religion et de nationalité en versant l’huile de consolation sur les plaies de l’humanité. »

Roger Dubois, diacre permanent, Conseiller spirituel région du Québec
Membre du comité national de spiritualité

 Réflexion octobre 2017